Les astuces de la belle de l’été : Leonora, un caméléon capillaire!

Les astuces de la belle de l’été : Leonora, un caméléon capillaire!


« En se préparant à l’avenir, il faut reculer par la pensée vers le passé ; mais autant seulement que l’homme qui se prépare à sauter un fossé recule pour mieux prendre son élan » Adam Mickiewicz.

En ce dernier jour d’été, je reviens avec un arc en ciel  d’origine camerounaise qui partage avec nous un petit bout de sa vie. Cette rubrique a pour but, comme j’aime le rappeler, de nous montrer, malgré nos différences, à quel point nous sommes toutes belles.

img_0582

  • Qui est notre belle de saison?

Une jeune femme camerounaise qui vit à Lille depuis une dizaine d’année. Je suis venue en France à 17 ans. J’ai quitté mon internat religieux qui est basé non loin de Yaoundé (Cameroun) pour finir mes études à Lille. Donc j’ai eu mon bac littéraire ici (Lille) et aujourd’hui je travaille pour un organisme de prévention de santé.

img_0572

  • Quelle est ta conception de la beauté?

La beauté, c’est se sentir bien dans sa peau. Tout commence par là, être belle c’est d’abord être à l’aise avec et dans soi même. La beauté passe aussi par le style, par le comportement et par la façon d’être, ce n’est pas que du physique pour moi. Paradoxalement on vit dans un monde où tout est basé sur le physique, on vit dans un monde de plus en plus superficiel, mais justement il y a un retour à l’humain, il y a de plus en plus un retour au naturel. Aujourd’hui, il faut essayer de s’adapter en ayant un style, une façon d’être propre à soi même. Etre belle pour moi, c’est aussi ne pas se laisser aller, c’est se prendre en main, prendre soin de soi, de l’intérieur comme de l’extérieur, peu importe qu’on ait des formes, qu’on soit de petite taille etc, il faut faire de sa différence un atout.

img_0577

  • Concernant les coiffures que tu réalises sur toi ou sur d’autres personnes, comment as tu appris à les réaliser?

Petite, j’avais une cousine au Cameroun qui coiffait tout le temps les gens, c’était la coiffeuse du quartier, j’avais six ans et je passais énormément de temps à l’observer, je regardais le mouvement de ses doigts et lorsque j’étais seule chez moi, devant un miroir, je reproduisais ses gestes, j’ai appris à tresser ainsi. J’ai su me perfectionner au fur et à mesure quand je me suis installée en France. On me qualifierait de « bimane », une personne qui sait tout faire de ses deux mains, une autodidacte pour faire simple.

img_0590

  • Justement que penses tu des coiffeurs professionnels destinés à la population afro en France? On parle par exemple des prix « exorbitants » affichés dans les salons de coiffures afro? Qu’en penses tu? 

Ca dépends des lieux. Dans un endroit ou il y a moins de demande où le coiffeur va avoir le monopole, forcément il va imposer ses prix. Et naturellement si c’est une ville comme Paris où il y’a de la concurrence, les prix vont être raisonnables. Mais c’est un métier, se sont des professionnels qui déclarent leurs locaux et qui paient des impôts, etc donc je comprends les prix, il faut pas non plus que ça soit abusif!

  • Et penses tu que depuis dix ans, il y a une amélioration au niveau du savoir faire, au niveau de la formation des coiffeurs afro?

img_0574

Oui carrément avec l’influence des américains déjà, on a un perfectionnement des techniques de coiffage… Mais ce qui a vraiment changé c’est la prise de conscience des clientes, qui prennent de plus en plus soins de leurs cheveux, en témoigne le mouvement « Nappy ». Il y a une bonne évolution en ce sens là. Les femmes se donnent davantage le temps de prendre soin de leurs cheveux.

  • Quel est ton modèle de beauté? Qui est ce qui t’inspire?

La chanteuse Sade, je la trouve magnifique et très inspirante, elle est d’une simplicité admirable. C’est une icône de la beauté noire. Sinon en Europe, je trouve les françaises très belles dans leurs styles et leurs façons de vivre. Elles dégagent une aisance naturelle dans leur art de vivre. Sinon j’aime bien le corps de Rihanna et la sensualité scénique de Beyonce (rire).

sade_004

  • Comment te définirais tu, niveau style justement?

Je suis un caméléon, je m’adapte à tout. Je pique un peu de tout, c’est vraiment en fonction de mes humeurs. Quand je veux m’habiller sport, je m’habille sport, si j’ai envie de mettre un costard, j’en mets. Et d’ailleurs j’ai pas un modèle style unique car logiquement je mets un peu de tout. Mon modèle sport par exemple, c’est Caroll Lynn, il y a aussi Victoria Beckam niveau style chic etc.

img_0580

  • Que penses tu de la position de la femme noire en France dans le domaine de la beauté?

Dans le domaine de la beauté, je trouve qu’il y a une amélioration concernant par exemple le choix du make up destiné au peaux noires dans les parfumeries. Aujourd’hui il y a de plus en plus de grandes marques comme Lancôme, Esther Lauder, Clinique etc, qui ne le faisaient pas avant mais aujourd’hui proposent plusieurs teintes destinées aux peaux noires. Aujourd’hui on voit moins le problème qu’a rencontré Rama Yade (rire). Ensuite il y a des marques qui proposent un large choix aujourd’hui à des prix accessibles comme Kiko, ce qu’on avait pas il y a dix ans.

  • Quel est ton produit indispensable dont tu ne peux pas te passer? 

Une bouteille d’eau. Il faut s’hydrater pour avoir une belle peau, de beaux cheveux, c’est vitale et bénéfique.

  • Quel est ton mot de la fin?

Il faut être quelqu’un d’ouvert, par le sourire, par sa posture, mentalement avoir une ouverture d’esprit, ça permet de voir et comprendre beaucoup de chose de la vie.

img_4608

A bientôt,

Ouli.

 

2 thoughts on “Les astuces de la belle de l’été : Leonora, un caméléon capillaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *